Aller au contenu

Tous les articles par Bruno Devaux

  • La déferlante

    Le premier tour de l’élection primaire de la droite et du DSC02684centre a non seulement été une grande réussite mais a aussi généré une vague de fond en faveur de François Fillon. Quelle explication lui donner ? Le programme libéral est une des réponses. Les Français souhaitent une autre politique économique qui donne plus de liberté et d’initiative aux entrepreneurs. Une autre réponse se situe au niveau des valeurs. François Fillon ne les cache pas. Il a une vraie identité, une vraie vision de la société, de la France. Bravo François ! Et rendez-vous dimanche prochain au second tour.

     
  • La déferlante

    Le premier tour de l’élection primaire de la droite et du DSC02684centre a non seulement été une grande réussite mais a aussi généré une vague de fond en faveur de François Fillon. Quelle explication lui donner ? Le programme libéral est une des réponses. Les Français souhaitent une autre politique économique qui donne plus de liberté et d’initiative aux entrepreneurs. Une autre réponse se situe au niveau des valeurs. François Fillon ne les cache pas. Il a une vraie identité, une vraie vision de la société, de la France. Bravo François ! Et rendez-vous dimanche prochain au second tour.

     
  • La déferlante

    Le premier tour de l’élection primaire de la droite et du DSC02684centre a non seulement été une grande réussite mais a aussi généré une vague de fond en faveur de François Fillon. Quelle explication lui donner ? Le programme libéral est une des réponses. Les Français souhaitent une autre politique économique qui donne plus de liberté et d’initiative aux entrepreneurs. Une autre réponse se situe au niveau des valeurs. François Fillon ne les cache pas. Il a une vraie identité, une vraie vision de la société, de la France. Bravo François ! Et rendez-vous dimanche prochain au second tour.

     
  • Normandie ce soir

    Ce soir à 20h à la Halle aux Toiles de Rouen, Le Pommier – MSLN vous invite à une réunion débat sur le thème « Normandie des Villes, Normandie des Champs, Comment construire notre Région ».

    Entrée libre.

     
  • Racket au stationnement

    carton-rougeSoirée bien terne ce soir. Le conseil municipal, dépouillée de ses prérogatives par la Métropole, n’est plus qu’une coquille vide où le maire, englué dans ses convictions, refuse tout dialogue constructif avec son opposition… et même sa majorité.

    J’ai eu l’occasion de dénoncer le matraquage fiscal des automobilistes. L’augmentation, votée ce soir, des deux heures de stationnement en centre ville atteint + 31 % . Et ce n’est pas fini nous a-t-on annoncé ! Peu importe si le commerce souffre : on augmente taxes et prix du parking. Entre 2008 et 2014, les recettes liées au stationnement (horodateurs et amendes) sont passées de 4 à près de 8 millions d’euros ! Sans tenir compte de l’augmentation actuelle.

    Il est vrai qu’avec un budget catastrophique à l’endettement qui flambe, il faut trouver de l’argent ! La poule aux oeufs d’or est anémiée, les vaches à lait sont déshydratées, les moutons sont tondus : stop à la frénésie fiscale socialiste !

     
  • Bonne année 2016

    IMG 6393

    A vous, lecteurs de ce blog, je souhaite une très belle et heureuse année 2016 ! Après une pause liée à l’actualité nationale, à mes élections professionnelles et aux élections régionales, le clavier et Le Pommier reprennent du service avec de nouvelles forces vives.

    Et comme 2016 est l’année de la Normandie retrouvée, je n’ai pas résisté à porter un casque viking en hommage aux fondateurs du duché !

     
  • Marseillaise

    drapeauCette nuit, les paroles de notre hymne national résonnent particulièrement à mes oreilles : « l’étendard sanglant est levé » , « qui viennent jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes ». La marseillaise retrouve une cruelle actualité. Prions pour les victimes et leurs familles. Soyons unis et vigilants dans notre patrie blessée, reconnaissants envers celles et ceux qui veillent à nous protéger. Amour sacré de la patrie, conduis, soutiens nos bras vengeurs…

     
  • Non à la loi de santé

    manifNous étions nombreux, médecins normands et paramédicaux, à aller dire à

    Lire la suite…

     
  • Et si les forains avaient raison ?

    jouet casseAprès l’annonce de l’annulation de la foire Saint Romain hier soir, nous allons assister aujourd’hui à une tentative de justification des pompiers-pyromanes que sont M. Robert, M. Sanchez et Mme Fourneyron : les trois responsables de cet échec. Avoir mis trois négociateurs au lieu d’un seul, c’est une création du socialisme rouennais qui s’est ridiculisé et la ville y a été associée dans une médiatisation dévastatrice.

    Revenons un instant sur le fond : on va nous assénéner toujours les mêmes arguments : des quais dangereux, une presqu’île aménagée, des forains irresponsables.

    La quais dangereux ? Seule la trémie sous les quais hauts rive gauche présente des signes de faiblesse depuis plusieurs années. On peut nous présenter tous les avis d’experts et fiches techniques, la réalité est là : les trains continuent à y rouler pour desservir le port, les voitures et les piétons circulent dessus. Si la dangerosité était réelle, pourquoi jouer chaque jour avec la vie des conducteurs de trains (qui génèrent des vibrations bien plus importantes qu’une foire installée à distance) et des usagers des quais hauts ? J’ai trop connu les avis définitifs des « experts » pour ne pas relativiser cette communication. D’ailleurs si les travaux avaient dèjà été engagés sur la trémie, il n’y aurait pas eu besoin de mettre des tonnes de sable et des conteneurs en urgence pour empêcher l’installation des forains ! Cet argument n’est pas recevable.

    Une presqu’île « aménagée ». La presqu’île Saint Gervais a connu des travaux considérables ces derniers mois pour y implanter l’électricité. Vrai ! Mais sans plan d’ensemble, avec, pour le coup, des zones de faiblesse, un manque d’accessibilité aux secours (pour des simples raisons de distance et de configuration des lieux), pas d’assainissement. Ces derniers jours, dans une ultime tentative, les difficultés techniques entre demandes de forains et services techniques montraient que l’image d’Epinal d’un secteur aménagé était un leurre. Les contraintes réelles de la foire n’ont pas été prises en compte. On nous annonce une réflexion pour 2016, tant mieux. Mais ceci prouve bien que l’offre n’était pas fonctionnelle. Gâchis d’argent public, énarques auto-satisfaits, impréparation et manque de concertation : le bilan de St Gervais est édifiant.

    Enfin, des forains irresponsables ? Un blocage filtrant d’une journée, quelques pneus et une vieille caravane foraine incendiée, un container jeté en Seine : et voilà la communication municipale qui se déchaîne pour fracturer le lien centenaire entre la communauté foraine et les habitants de notre agglomération. Coups de menton des élus et du préfet, forces de l’ordre déployées, blogs assassins, médias mobilisés : la partie était close. Méchants forains irresponsables contre gentils élus. La suite a montré que la réalité était plus complexe. On a convoqué en catastrophe des médiateurs, déconnectés de leur base, pour un accord irréraliste et fallacieux. La foire ne retournera en fait jamais sur les quais. On a demandé aux forains de se faire hara-kiri. Comment imaginer que ces professionnels ont pris la terrible décision d’annuler leur foire, leur gagne-pain, s’il avait existé une réelle possibilité de l’installer dans de bonnes conditions sur le nouveau site ? Ils se sont battus pour faire vivre la foire St Romain 2015. Ils ont perdu. Rouen a perdu. A cause de l’entêtement mortifère de ses édiles socialistes.

    Aujourd’hui, ils vont tenter de se justifier, de dresser des perspectives d’avenir, de sauver ce qui peut l’être encore. Robert Pyrrhus et ses associés ont réussi, par leur entêtement dogmatique, non seulement à tuer la foire Saint Romain, à provoquer des dégâts économiques majeurs mais surtout à casser un lien social.

     
  • Robert Pyrrhus

    ruinesA l’image de ce roi d’Epire qui battit les romains en -280 à la bataille d’Héraclée au prix de pertes considérables, le maire de Rouen vient de triompher des forains.

    Il a réussi ! Ce maire puissant,  intraitable, ne s’est pas laissé imposer la loi de la rue. Face aux hordes foraines, il a tenu bon. Avec force désinformations, policiers et CRS, il a vaincu : la foire Saint Romain n’aura pas lieu sur les quais bas rive gauche de Rouen !

    En fait, elle n’aura pas lieu du tout… Le maire aura réussi à faire bloquer la ville par son refus du dialogue, à monter les Rouennais contre les forains, à annuler une manifestation multi-centenaire et à générer des dégâts économiques encore difficiles à mesurer. Sans parler des installations (à plusieurs millions d’euros d’argent public) inutiles et inefficaces qui vont se dégrader sur la presqu’ile Saint Gervais.

    Concernant les quais rive gauche, à la dangerosité affirmée par le maire : il est temps d’y interdire complètement la circulation automobile et piétonnière ! Si on n’y applique pas le principe de précaution, pourquoi avoir interdit à la foire de s’y installer ?

    A force de vouloir avoir raison contre tout et tous, notre énarque maire de Rouen aura tout détruit et bien mérité son surnom de Robert Pyrrhus !

     
  • Chamboule-tout !

    contrat-dechire 149Ce soir, les forains de la Foire Saint Romain ont voté à plus de 80 % contre l’accord proposé entre leurs représentants et la municipalité rouennaise. Même s’ils ont présenté des regrets et des excuses pour avoir bloqué la ville mardi dernier, leur colère ne peut s’apaiser en un claquement de doigt. Face à l’autisme réitéré du maire de Rouen et du président de la Métropole, la confiance est rompue. Ils connaissent les inconvénients et la dangerosité du site proposé.

    Espérons, pour ces professionnels et pour l’animation de notre cité, que des engagements formalisés, de nouvelles avancées, la conviction de leurs responsables, permettront la tenue de la Foire.

    Mais le vrai coup de théâtre est venu du maire de Rouen qui a été cité dans Normandie Actu :  » Ce besoin de rester sur ce qui est devenu le site historique, les quais rive gauche, nous l’avions sous-estimé. Il y a des inquiétudes que nous n’avions pas assez entendues.  » Ce mea culpa est  exceptionnel pour notre maire énarque retraité de l’éducation nationale ! Souhaitons qu’il arrive maintenant à entendre son opposition sans l’insulter, le personnel municipal sans l’ignorer, les contribuables sans les pressurer et les Rouennais qui en ont franchement assez de sa gestion ! On peut toujours rêver ! Non ?

     
  • Sécurité ? Vous avez dit sécurité ?

    quai-cavelier-de-la-salle-630x0Au coeur du conflit entre les forains de la Foire Saint Romain et le maire de Rouen se trouve la question de la sécurité des quais rive gauche de la Seine. Plusieurs personnes m’ont signalé hier « qu’ils allaient s’effondrer » ! Cette légende urbaine transmise par la municipalité et la métropole de Rouen mérite de s’y attarder. Non, les quais ne vont pas s’effondrer. Non, la foire ne s’est pas déroulée jusqu’alors dans l’insécurité : la commission de sécurité (avec l’aval des pompiers et de la préfecture) a toujours donné son accord.

    Par contre la trémie située sous les quais hauts rive gauche, et qui contient les voies ferrées desservant le port, est en effet fragilisée. Elle ne menace nullement les quais bas où se tient la foire. Cette fragilité nécessitait des travaux tellement rapides… qu’il ne sont pas commencés alors que la situation était déclarée comme urgente voici plus d’un an !

    Concernant la presqu’île Waddington rive droite où la foire est censée s’installer : la sécurité est contestée par les forains. Un accès unique au lieu d’une multitude rive gauche. Le site est situé dans une zone de danger Seveso 1, du fait de la proximité des silos portuaires. Le remplissage fréquent des navires va provoquer des nuages de poussière de grains qui vont se répandre sur les manèges et leurs mécanismes. C’est pour ces raisons qu’aucune construction n’a été réalisée sur ce secteur !  Enfin les forains ont le « test-pompier » en y allumant un feu il y a quelques mois. Les pompiers ont mis plus de 20 minutes à arriver, alors que deux casernes sont à proximité immédiate des quais.

    Bref, l’intox sur la sécurité cache la forêt de la mauvaise foi. Si la foire doit déménager, ce n’est pas pour des fausses raisons de sécurité mais pour des aménagements urbains. Le béton viendra-t-il à bout de la fête ?

     
  • Foire Saint-Romain : pourquoi en est-on arrivé là ?

    Saint RomainComment une magnifique fête populaire rouennaise devient-elle l’occasion d’un conflit absurde entre les professionnels de la foire Saint Romain et la municipalité rouennaise ? Le problème vient d’un déménagement imposé à plus de 200 manèges, des quais de Rouen vers un site excentré, arrosé de la poussière des céréales du port, à la sécurité contestée par les forains.

    Sur ce dossier, comme sur bien d’autres, le dogmatisme du maire de Rouen, tout comme celui du président de la la métropole, provoque des catastrophes. Etait-il impossible de dialoguer ? Devait-on en arriver à déverser des tonnes de sables et jeter des conteneurs sur les quais pour contenir la volonté des forains ? Devait-on mobiliser des cars de CRS pour imposer une solution à des personnes qui défendent leur outil de travail ?

    Un adjoint impuissant à gérer ce dossier, un maire terrorisé, une ville menacée de paralysie, des risques de violence : le dossier du déménagement de la foire Saint-Romain a été géré avec amateurisme.

    Comment en sortir aujourd’hui ? Manifestement, la municipalité doit donner des signes d’apaisement. Immédiatement. Elle doit quitter sa tour d’ivoire et revenir sur le terrain. Les Rouennais, dans un contexte économique difficile, ne doivent pas porter le chapeau de l’incurie de la gestion socialiste.

    Les commerçants, les contribuables, le personnel municipal ont subi depuis des années des décisions iniques, au prix d’un endettement et d’une fiscalité records. La ville est mise en coupe réglée par la direction socialiste de la Métropole. Les forains, mieux organisés et qui jouent leur survie, ne se laissent pas faire. Il y a peu de temps, à Amiens, la foire a été déplacée du centre ville en périphérie à La Hotoie. Depuis, elle se meurt à petit feu.

    L’aménagement urbain doit-il se faire à la hache ? L’intelligence est-elle interdite en démocratie ? Nous voici, spectateurs contraints de ce combat de testostérone, CRS contre camions, alors que les Rouennais souhaitent circuler, travailler et faire la fête… Honte à cette municipalité autiste et si sûre d’elle ! Place au dialogue et à la paix des braves. Vite !

     
  • Le « syndrôme Allende »

    AllendeLe syndrôme Allende vient du nom de ce président chilien victime d’un coup d’Etat le 11 septembre 1973. M. Robert, actuel Maire de Rouen, est atteint chroniquement de ce syndrôme.

    Lire la suite…

     
  • Faillite municipale

    ConseilCe 6 juillet 2015, la municipalité rouennaise a étalé son état de déliquescence.

    Après avoir mis la Ville en état de faillite financière,comme nous l’avons démontré lors du vote du budget et de la 1ère décision modificative budgétaire, la municipalité continue d’étaler son incompétence.

    La faillite est également politique par la division entre les groupes municipaux de la « majorité » qui se défient à longueur de conseil municipal, étalant leurs désaccords, y compris dans le vote du budget.

    La faillite touche aussi le dialogue social, comme l’a prouvé la grève récente du personnel municipal, maltraité depuis des années.

    La faillite est enfin démocratique quand les élus socialistes se coupent de la population. Lors de cette tentative de conseil municipal, les parents d’élèves du Conservatoire à rayonnement régional de la ville de Rouen, mécontents des décisions municipales brutales, ainsi que plusieurs collectifs, venus demander la réouverture des douches municipales, fermées définitivement le 30 juin dernier, sont intervenus en vue de faire valoir leurs arguments pour leurs causes respectives. L’autisme du maire et de sa majorité, incapables d’anticiper, de dialoguer et d’expliquer leurs décisions s’est heurtée au mécontentement populaire. Cette faillite dans le dialogue démocratique est désormais une marque de gestion de M. Robert et du parti socialiste.

    Le maire, responsable du déroulement des débats et de la police de l’assemblée, a été incapable de restaurer l’autorité nécessaire pendant plus de 3 heures. De ce fait, avec les autres élus du groupe Les Républicains-MoDem, j’ai décidé de quitter la séance du conseil municipal, prenant acte de l’inefficacité du maire à rétablir un débat serein et démocratique.

    Ayant démontré depuis des mois son incapacité à gérer la Ville de Rouen, le maire de Rouen doit maintenant démissionner.

     
  • Menace sur les greffes d’organes à Rouen

    La suppression envisagée de l’aéroport de Boos aurait un effet collatéral grave : l‘arrêt des greffes voire des prélèvements d’organes au CHU de Rouen. Alors même que le Schéma interrégional d’organisation des soins prévoit que le CHU de Rouen pourrait assurer des greffes pulmonaires pour le secteur allant de Caen à Amiens, la disparition de l’aéroport prévu par la Métropole de Rouen mettrait un terme à ce projet.

    De la même manière, il faut savoir qu’un greffon cardiaque doit être idéalement transplanté 4 à 6h maximum après son prélèvement, parfois réalisé dans un autre pays européen ! Ceci est valable dans l’autre sens avec des prélèvements d’organes réalisés au CHU de Rouen pour d’autre hôpitaux. Cette activité ne serait donc pas possible avec une desserte par l’aéroport de Deauville. Nos décideurs ont-ils réalisé la portée de leurs décisions ? En tous cas les chirurgiens cardiaques s’interrogent sur la pérennité de l’activité de greffe de coeur à Rouen si l’aéroport de Boos disparaissait.

     
  • Hier, à Paris…

    Hier, avManifec plus de 40000 professionnels de santé, je suis allé manifesté à Paris contre le projet de loi de santé. Au delà d’un tiers payant généralisé dogmatique et ingérable, cette loi organise le système de santé autour des hôpitaux et des agences régionales de santé. La médecine libérale devient un supplétif de la médecine hospitalière, rendant rigide une organisation dont la souplesse fait la force. D’autre part, elle met au coeur du financement de la santé, et par conséquence des données médicales, les mutuelles et donc le système assurantiel privé. Tout ceci est inacceptable et nous amène à une médecine à l’anglosaxonne, inefficace et à deux vitesses. Nous nous y opposerons de toutes nos forces.

     
  • Copenhague

    CopenhagueLes attentats de Copenhague, succédant à ceux de Toulouse, Montauban, Bruxelle, Paris et Montrouge, montrent que rien n’est terminé. Ceci m’inspire trois réflexions.

    D’abord l’expression d’une solidarité avec le peuple danois, frappé de plein fouet dans sa démocratie et ses valeurs.

    Ensuite, le refus de l’appel du premier ministre israëlien aux juifs européens à immigrer dans son pays. Les européens de confession juive n’ont pas à quitter leur pays. Ils font partie des communautés nationales. Leur départ serait un échec grave pour nos démocraties et une perte tant humaine qu’intellectuelle majeure. Protégeons donc TOUS nos concitoyens.

    Enfin, les propos entendus aujourd’hui de la part de M. Cazeneuve, ministre de l’intérieur, sont bien décevants. Au delà d’une légitime compassion envers le peuple danois, il a tenu des propos antalgiques, dignes d’un marchand de sable, face aux questions des journalistes. Où se trouve la menace terroriste aujourd’hui ? Comment l’endiguer ? Pourquoi notre ambassadeur au Danemark, représentant notre République, n’était-il pas protégé ? Manifestement les réponses manquent et c’est fort inquiétant.

     
  • Je ne suis pas Franc-Comtois mais…

    ElectionEn politique, il faut être clair. Le choix, qui se pose aujourd’hui lors de l’élection législative partielle de la 4ème circonscription du Doubs, peut se reproduire demain à Rouen. En 1998, en tant qu’élu régional, tout comme en 2011, avec mon ami Salah Benbia, lors de l’élection du 6ème canton rouennais, je me suis opposé au Front National. Ce parti n’est pas un parti de gouvernement car il ne dispose d’aucune alliance politique, et ce n’est pas un hasard.

    Si les français font ces choix électoraux, c’est parce que les autres partis politiques, à commencer par le mien, l’UMP, ne répondent pas à leurs attentes et leurs préoccupations. Nous avons à rétablir les liens de crédibilité et de confiance attendus par nos concitoyens. A mon niveau, par mon travail de terrain, par mon implication associative, par mes publications, les débats organisés et les questionnaires, je tisse ce contact au quotidien et construis la relation avec les Normands. C’est ainsi que nous apporterons des réponses au pays et éteindrons les illusions entretenues par le FN.

    Je mène une opposition sans concession à la gauche au conseil municipal de Rouen, relevant leurs erreurs de gestion, la maltraitance du personnel municipal, l’opacité de leurs décisions. Pour autant, je reconnais le travail de leurs élus et nos valeurs communes. C’est pourquoi, comme le Maire du Havre Edouard Philippe, en cas de duel PS – FN, j’appelerai à voter socialiste. En politique, il faut être clair.

     
  • Hommage des Rouennais

    Charlie2Cet après-midi un immense cortège d’émotion contenue et de parapluies a traversé le coeur de Rouen. La tension était palpable dans le défilé mais tout autant dans les rues de notre Cité.

    Notre pays a été brutalement atteint par leCharlie1 massacre de journalistes, de policiers et de juifs. La réponse des forces de l’ordre a été à la hauteur du choc mais le danger reste présent. Plus que jamais. L’accumulation d’actes antisémites depuis des années en est un marqueur très clair. Sachons trouver la force de faire vivre nos idéaux de Liberté, d’Egalité et de Fraternité. Sans naïveté et avec détermination.

    Vive la République. Vive la France.

     
  • Pourquoi les Médecins sont-ils mobilisés ?

    greveLes syndicats médicaux dénoncent depuis plusieurs mois le projet de loi de santé. Les médecins libéraux sont entrés dans un mouvement de protestation depuis quelques semaines. En jeu : l’avenir de notre système de santé.

    Au delà du tiers payant généralisé, au surcoût de gestion estimé à 700 millions d’euros (qui paie ????), c’est un double danger qui menace notre système de soin. D’abord la mise sous tutelle des cliniques par l’Etat et les hôpitaux publics . Ensuite, la prise en charge de notre système de santé par les mutuelles et les assurances privées. Sous couvert de propos lénifiants et de bonnes intentions, la ministre de la santé veut enterrer notre médecine libérale « à la française ».

    En ces temps de crise économique, la médecine de ville a généré plusieurs centaines de millions d’euros d’économies, grâce à un dialogue intelligent entre les médecins et les caisses d’assurance maladie. Ces sommes ont été reversées dans le tonneau des danaïdes du financement de l’hôpital public, aux comptes dérapant sans fin.

    Alors oui, les médecins libéraux se battent pour conserver une médecine de qualité. Soutenez-les !

     
  • Une réprobation unanime et sans faille.

    Un gouvernement affaibli, une démocratie menacée, une presse libre sont les cibles des terroristes. Le nombre de leurs victimes vient de s’allonger douloureusement par une tuerie sanglante et barbare chez nous, en France, à Paris.

    Ce sont des journalistes libres qui ont été ciblés par les assassins. Ceux-ci seraient Français, ils seraient connus des services de police. Cette annonce, si elle est vérifiée, est bouleversante.

    Devant de tels faits, il faut le dire, des questions sont posées sur les moyens affectés à la surveillance des assassins, sur les dangers qui nous menacent, sur notre protection.

    Notre compassion est acquise à toutes les innocentes victimes de cette folie meurtrière. Notre vigilance pour défendre nos concitoyens dans notre mode de vie démocratique est en veille renforcée. Notre réprobation doit trouver son expression dans une action immédiate et vigoureuse de la sécurisation des personnes.

    Quoi d’autre dans l’immédiat ?