Aller au contenu

Solidarité avec le peuple grec….Daniel Paul pour « libre opinion » dans le Havre Libre de ce jour.

«La victoire de Siriza, en Grèce, pourrait ouvrir une nouvelle page dans l’histoire de la construction européenne. Un peuple a dit son refus de n’avoir que l’austérité pour horizon. Il a dit sa volonté d’avoir la maîtrise de son avenir et rembourser la dette. Pas en cassant les services publics et […]

«La victoire de Siriza, en Grèce, pourrait ouvrir une nouvelle page dans l’histoire de la construction européenne. Un peuple a dit son refus de n’avoir que l’austérité pour horizon. Il a dit sa volonté d’avoir la maîtrise de son avenir et rembourser la dette. Pas en cassant les services publics et en privatisant, mais par des investissements utiles et un développement humain et écologique.
Pour les banquiers de la BCE et les dirigeants allemands, c’est insupportable. Pour ces gens-là, soumis aux puissances financières, si les peuples peuvent voter, cela ne doit rien changer et les Grecs doivent payer, même au prix de la ruine de leur pays. Mais ils craignent que d’autres peuples contestent à leur tour l’ordre libéral, celui qui sert une minorité en précarisant les autres.
Être solidaire de la Grèce, c’est rassembler, en France et en Europe, les forces progressistes et syndicales pour dire non à l’Europe de l’argent et des marchands et construire une alternative à l’austérité.
En 2012, en acceptant le traité budgétaire, François Hollande avait commis une faute. Il peut la réparer, en faisant de la France non pas un arbitre, mais un acteur positif dans la bataille qui s’engage.»
Daniel PAUL, député honoraire