Aller au contenu

JE N’AIME PAS LE SKI ! Toujours deux zones de vacances scolaires différentes en Normandie !

La Normandie et son unité sont encore confrontées à des absurdités…

Notamment celle qui consiste à faire ressortir la Haute et la Basse de deux zones de vacances scolaires différentes pour l’hiver et le printemps, afin d’étaler les départs vers les stations de ski ! Dur dur donc d’apprécier la glisse dans la poudreuse savoyarde tout en sachant que cela contribue à la division normande. Mais plus dur encore est de compliquer foncièrement la vie quotidienne de milliers de foyers et de familles normandes vivant à cheval entre Calvados, Seine-Maritime, l’Eure ou l’Orne pour permettre à quelques nantis d’avoir le temps d’aller skier avant la fin du printemps: si le réchauffement climatique s’emmêle, le calendrier scolaire qui, comme son nom l’indique, est tout à la discrétion des gérants de stations de sport d’hiver, risque encore d’être chamboulé !

Un Léopard Zone A et un autre Zone B?

La Basse-Normandie (académie de Caen) est dans la ZONE A (qui correspond, comme par enchantement, à la zone de diffusion régionale de Ouest-France). La Haute-Normandie (académie de Rouen) est dans la ZONE B (qui correspond, comme par hasard, à la région Nord-Ouest souhaitée par les élus Fabiusiens opposés à la réunification normande).

Entre début février et fin avril, il arrive que les familles normandes habitant le coeur de la Normandie bénéficient d’une semaine commune au cours de chaque période de vacances (hiver et printemps). Mais en cette année 2015 dédiée à la préparation de la future unité normande, les agendas des deux zones de vacances ne coïncident pas !  Un comble !

Cette coupure de l’espace vécu régional au coeur même de la Normandie devient insupportable !


 

http://www.challenges.fr/economie/20141127.CHA0824/le-redecoupage-des-regions-met-la-pagaille-dans-les-vacances-scolaires.html

La nouvelle carte de France à 13 régions risque de mettre une sacrée pagaille dans les vacances scolaires. C’est une conséquence inattendue de la réforme territoriale qui n’a pas été anticipée au ministère de l’Education Nationale. A partir de janvier 2016, les frontières administratives françaises seront redessinées pour donner naissance à 13 méga-régions, dont les contours seront définitivement adoptés par les députés fin décembre. Problème : non seulement ces nouvelles régions ne coïncident pas avec les académies du ministère de l’Education nationale, mais certaines regrouperont plusieurs zones avec des calendriers de vacances scolaires différents !

Les 3 zones actuelles se marient mal avec les nouvelles régions (AFP)

Trois futures régions seront touchées de plein fouet : la Normandie, la Champagne-Alsace-Lorraine et l’Aquitaine-Poitou-Limousin. Là, les élèves n’auront pas les mêmes congés d’hiver et de printemps selon l’établissement où ils sont scolarisés. En février 2016, les collégiens de Strasbourg partiront en vacances dès le 6, une semaine avant leurs camarades de Nancy ou de Metz, mais en même temps que ceux de Reims pourtant plus éloignés géographiquement…

Les Normands pas totalement réunis

Tout juste mariées, la Basse-Normandie et la Haute-Normandie partageront tout, sauf leurs dates de congés puisqu’elles demeureront dans deux zones distinctes, la « A » et la « B ». Quant à nos chères têtes blondes de Bordeaux, elles seront libérées en même temps que celles de la région parisienne, mais une semaine avant celles de Limoges et Poitiers…

Contacté sur cette bizarrerie, le ministère de l’Education nationale répond qu’aucune modification du calendrier n’est prévue à ce jour. « Les dates de vacances sont fixées trois ans à l’avance par arrêté, ce qui donne une grande visibilité aux familles, enseignants, ainsi qu’aux professionnels des transports et du tourisme, souligne-t-on. Et il n’y a aucune raison de les modifier alors que la réforme territoriale est en cours. » En « off », un haut fonctionnaire reconnaît pourtant que le sujet est sur la table et qu’il va falloir s’y atteler. Un minimum pour insuffler une nouvelle culture régionale dès le plus jeune âge.

 

 

 

 

La Normandie et son unité sont encore confrontées à des absurdités…

Notamment celle qui consiste à faire ressortir la Haute et la Basse de deux zones de vacances scolaires différentes pour l’hiver et le printemps, afin d’étaler les départs vers les stations de ski ! Dur dur donc d’apprécier la glisse dans la poudreuse savoyarde tout en sachant que cela contribue à la division normande. Mais plus dur encore est de compliquer foncièrement la vie quotidienne de milliers de foyers et de familles normandes vivant à cheval entre Calvados, Seine-Maritime, l’Eure ou l’Orne pour permettre à quelques nantis d’avoir le temps d’aller skier avant la fin du printemps: si le réchauffement climatique s’emmêle, le calendrier scolaire qui, comme son nom l’indique, est tout à la discrétion des gérants de stations de sport d’hiver, risque encore d’être chamboulé !

Un Léopard Zone A et un autre Zone B?

La Basse-Normandie (académie de Caen) est dans la ZONE A (qui correspond, comme par enchantement, à la zone de diffusion régionale de Ouest-France). La Haute-Normandie (académie de Rouen) est dans la ZONE B (qui correspond, comme par hasard, à la région Nord-Ouest souhaitée par les élus Fabiusiens opposés à la réunification normande).

Entre début février et fin avril, il arrive que les familles normandes habitant le coeur de la Normandie bénéficient d’une semaine commune au cours de chaque période de vacances (hiver et printemps). Mais en cette année 2015 dédiée à la préparation de la future unité normande, les agendas des deux zones de vacances ne coïncident pas !  Un comble !

Cette coupure de l’espace vécu régional au coeur même de la Normandie devient insupportable !


 

http://www.challenges.fr/economie/20141127.CHA0824/le-redecoupage-des-regions-met-la-pagaille-dans-les-vacances-scolaires.html

La nouvelle carte de France à 13 régions risque de mettre une sacrée pagaille dans les vacances scolaires. C’est une conséquence inattendue de la réforme territoriale qui n’a pas été anticipée au ministère de l’Education Nationale. A partir de janvier 2016, les frontières administratives françaises seront redessinées pour donner naissance à 13 méga-régions, dont les contours seront définitivement adoptés par les députés fin décembre. Problème : non seulement ces nouvelles régions ne coïncident pas avec les académies du ministère de l’Education nationale, mais certaines regrouperont plusieurs zones avec des calendriers de vacances scolaires différents !

Les 3 zones actuelles se marient mal avec les nouvelles régions (AFP)

Trois futures régions seront touchées de plein fouet : la Normandie, la Champagne-Alsace-Lorraine et l’Aquitaine-Poitou-Limousin. Là, les élèves n’auront pas les mêmes congés d’hiver et de printemps selon l’établissement où ils sont scolarisés. En février 2016, les collégiens de Strasbourg partiront en vacances dès le 6, une semaine avant leurs camarades de Nancy ou de Metz, mais en même temps que ceux de Reims pourtant plus éloignés géographiquement…

Les Normands pas totalement réunis

Tout juste mariées, la Basse-Normandie et la Haute-Normandie partageront tout, sauf leurs dates de congés puisqu’elles demeureront dans deux zones distinctes, la « A » et la « B ». Quant à nos chères têtes blondes de Bordeaux, elles seront libérées en même temps que celles de la région parisienne, mais une semaine avant celles de Limoges et Poitiers…

Contacté sur cette bizarrerie, le ministère de l’Education nationale répond qu’aucune modification du calendrier n’est prévue à ce jour. « Les dates de vacances sont fixées trois ans à l’avance par arrêté, ce qui donne une grande visibilité aux familles, enseignants, ainsi qu’aux professionnels des transports et du tourisme, souligne-t-on. Et il n’y a aucune raison de les modifier alors que la réforme territoriale est en cours. » En « off », un haut fonctionnaire reconnaît pourtant que le sujet est sur la table et qu’il va falloir s’y atteler. Un minimum pour insuffler une nouvelle culture régionale dès le plus jeune âge.