Aller au contenu

Une élection qui pose bien des questions….

Le gouvernement et le PS ont appelé l’UMP au rassemblement républicain derrière le candidat socialiste, qui sera opposé au Front national, dimanche au second tour de la législative partielle dans le Doubs. Sophie Montel (FN) est arrivée en tête avec 32,60 % des voix, devant Frédéric Barbier (PS, 28,85 %). Le candidat de l’UMP, Charles Demouge, troisième (26,54 %), est éliminé pour le second tour. Les écologistes ont appelé à voter pour M. Barbier. Les dirigeants de l’UMP n’ont pas réagi, hier soir, à l’absence de leur parti au second tour. Dans un communiqué, l’UMP précise que le président du parti, Nicolas Sarkozy, « consultera le Bureau politique réuni ce mardi pour définir la position de notre formation pour le second tour de cette législative partielle ». L’UMP risque de se diviser entre tenants du front républicain et partisans du « ni PS ni FN ». L’UDI a appelé à voter pour le candidat PS.

Il faut malgré tout rester les pieds sur terre, devant un taux de participation de moins de 40%!

Cela veut dire que 17% des habitants qui ont voté FN et 60% qui ne se sont pas déplacés, rejettent les partis de gouvernement! Aujourd’hui, la seule arme qui reste pour la démocratie, c’est le front républicain.

A l’avenir, il faut absolument imaginer d’autres dialogues plus permanents entre les citoyens et leurs élus pour faire vivre une démocratie au delà des rendez-vous électoraux qui montrent leurs limites.

Le gouvernement et le PS ont appelé l'UMP au rassemblement républicain derrière le candidat socialiste, qui sera opposé au Front national, dimanche au second tour de la législative partielle dans le Doubs. Sophie Montel (FN) est arrivée en tête avec 32,60 % des voix, devant Frédéric Barbier (PS, 28,85 %). Le candidat de l'UMP, Charles Demouge, troisième (26,54 %), est éliminé pour le second tour. Les écologistes ont appelé à voter pour M. Barbier. Les dirigeants de l'UMP n'ont pas réagi, hier soir, à l'absence de leur parti au second tour. Dans un communiqué, l'UMP précise que le président du parti, Nicolas Sarkozy, "consultera le Bureau politique réuni ce mardi pour définir la position de notre formation pour le second tour de cette législative partielle". L'UMP risque de se diviser entre tenants du front républicain et partisans du "ni PS ni FN". L'UDI a appelé à voter pour le candidat PS.

Il faut malgré tout rester les pieds sur terre, devant un taux de participation de moins de 40%!

Cela veut dire que 17% des habitants qui ont voté FN et 60% qui ne se sont pas déplacés, rejettent les partis de gouvernement! Aujourd'hui, la seule arme qui reste pour la démocratie, c'est le front républicain.

A l'avenir, il faut absolument imaginer d'autres dialogues plus permanents entre les citoyens et leurs élus pour faire vivre une démocratie au delà des rendez-vous électoraux qui montrent leurs limites.